Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le téléphone portable dans le train

    Ce soir, je rentre chez mes parents en catastrophe. Je suis épuisée, j'ai besoin de dormir, deux jours au calme sont indispensables. J'ai de la chance, c'est un vendredi de départ en vacances à Paris et il reste des places dans le TGV. Arrivée en avance, je m'installe, sors mes écouteurs et mon MP3. Tout est calme. Le train part, à l'heure. La première demi-heure se déroule dans un calme inhabituel. Ce trajet, serait-il l'une de rare exception où rien ne se passe, où chacun se conduit correctement sans gêner personne ? Non, bien évidemment. Ma voisine de droite, qui tapote sur son ordinateur reçoit un appel sur son portable. Ignorant les recommandations du chef de bord au début du voyage, elle reste vissée à son siège et débute sa conversation téléphonique. Le ton monte rapidement. Malgré la présence de mes écouteurs antibruit sur les oreilles, je saisis toute la conversation et l'étendu du problème. Madame a sacrifié un dossier professionnel important pour l'homme au bout du fil, et vient de découvrir que monsieur s'est accoquiné avec "Pupute". Elle lui raccroche au nez. Il rappelle. Elle décroche, lui assène deux ou trois vérités et lui raccroche au nez. Il rappelle, elle décroche, hurle, lui raccroche au nez. Il rappelle et rebelote. Après une bonne demi-heure de ce petit jeu, mon téléphone (en mode vibreur) sonne. Je saute sur mes pieds et décroche en me dirigeant vers la plateforme en disant discrètement mais de façon audible : "attends, je sors du wagon, je suis dans le train". Je retourne m'assoir une fois ma conversation terminée. Le téléphone de ma voisine sonne, et ô miracle, elle arrête la sonnerie sans décrocher. Je passe le reste du trajet à éviter son regard assassin.

    Elle m'a fait préférer le train.