Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Sus à la 3D au cinéma !

    lunettes.jpgJe n’aime pas la 3D au cinéma : le prix de la place est plus cher, l’apport qualitatif est extrêmement minime voire nul, et je ressors toujours avec une migraine carabinée. Je comprends tout à fait que d’autres personnes puissent adorer. Le problème, c’est que le spectateur n’a pas le choix. Un même cinéma n’offre pas de séances 3D et de séances 2D pour un même film à l’affiche. Il faut choisir le cinéma qui propose la 2D. Malheureusement, dans beaucoup de régions de province (dont la mienne), les cinémas sont rares et/ou en monopole et le choix est inexistant : si vous voulez voir un film, c’est obligatoirement en 3D. Je viens de revivre cette douloureuse expérience avec Le Hobbit : un voyage inattendu, qui dure 2h45.

    Il est vrai que laisser le choix aux spectateurs risquerait de démontrer l’intérêt limité des cinéphiles pour ce gadget. Le choix existe pour les Blue Ray, pourquoi n’existe-t-il pas en salle ?  

    Amis pigeons, ne vous résignez-pas, ne laisser pas la 3D gâcher vos séances de cinéma : indignez-vous !

    Ce site vous explique comment faire des lunettes anti-3D, afin de regarder un film diffusé en 3D en 2D. Je n’ai pas encore essayé, mais je fais m’y mettre ! Reste le surcoût du ticket de cinéma, je n’ai pas encore trouvé de solution pour y remédier…

    http://ninehank.com/2011/10/fabriquez-vos-lunettes-anti-3d.html

     

    Lettre envoyée au cinéma de mon quartier :

    Madame, Monsieur,

    Je me permets de porter à votre connaissance mon mécontentement ainsi que celui de plusieurs de mes proches. Je sors d’un de vos cinémas où j’ai vu « Le Hobbit : un voyage inattendu » projeté en 3D. Je ne souhaitais pas le voir en 3D (je trouve l’apport de la 3D très limité, le surcoût du ticket exagéré et les migraines qui en résultent extrêmement désagréables et bien inutiles). Cependant, votre enseigne est la seule présente dans la ville où je réside et malheureusement, elle ne projette pas de séance 2D de ce film. Ainsi, tous les spectateurs de la région n’ont pas le choix : s’ils veulent voir ce film, c’est en 3D, sinon, ils restent chez eux. Alors que le film existe en 2D, je ne comprends pas pourquoi vous ne proposez pas quelques séances (en alternance ou en même temps que celle en 3D). Je suis exaspérée et déçue de voir que les cinémas imposent ainsi la 3D sans offrir d’alternative. Peut-être vais-je finir par faire comme certaines de mes connaissances, c'est-à-dire attendre la diffusion du film en Vidéo à la Demande (VOD)  plutôt que de me déplacer dans votre cinéma lorsque le film ne sera projeté quand 3D. Qu’en pensez-vous ?

    Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, mes salutations distinguées.

  • Top 10 des leçons à tirer des Noël ratés au cinéma

    top10.jpgMerci à tous pour avoir lu et soutenu mon texte lors du « Concours d’écriture de Noël » du site internet terrafemina. Il n’a pas remporté le 1er prix, mais il fait partie des finalistes. Un grand merci !

    Top 10 des leçons à tirer des Noël ratés au cinéma

    Vous déprimez car votre Noël ne se passe pas comme vous le voudriez ? Vous vous lamentez sur votre sort car c’est le pire Noël de votre vie ? Vous êtes persuadée que le Noël des autres est toujours forcément fantastique ? Détrompez-vous ! Les fêtes de Noël peuvent se révéler être un véritable cauchemar chez tout le monde si quelques règles élémentaires ne sont pas respectées. Heureusement, le cinéma est là et vous donne les clés pour éviter les catastrophes. Voici 10 films contenant chacun une leçon sur Noël. Visionnez et retenez.

    1 – Surveillez les enfants lors du repas de Noël

    Une belle tablée de Noël, des enfants plein d’entrain et une quantité astronomique de mets appétissants, voilà qui augure un repas de Noël sympathique. Jusqu’à ce que la discussion entre les adolescents bouillonnants dégénère et finisse en bataille rangée où la nourriture fait office de munitions (Hook, 1991). Sans doute très amusant sur le coup, mais beaucoup moins agréable au moment du nettoyage. Famille nombreuse, pensez aux bâches et au détachant.

    2 – Ne pas acheter de jouet dangereux à ses enfants

    Vous avez trouvé le cadeau idéal pour votre enfant : une petite créature attendrissante qui chante merveilleusement et qui répond au doux nom de Guizmo. Un modèle de compagnon à la condition de respecter trois petites précautions : ne pas l’exposer à la lumière, ne pas le nourrir après 23h et ne pas le mouiller (Gremlins, 1984). Sachez qu’un enfant reste un enfant, et que les règles établies sont vite être oubliées ou outrepassées, ce qui conduit inévitablement à des désagréments plus ou moins gênants. Choisissez donc vos cadeaux avec précaution pour ne pas vous retrouver avec une maison infestée de Gremlins.

    3 – Évitez de fêter Noël avec les collègues de votre conjoint

    Alors qu’il pensait passer un réveillon tranquille avec sa femme et ses enfants, John McClane (Bruce Willis) se retrouve pieds nus, sale et en marcel, arpentant une tour de verre pour essayer de déjouer le plan de méchants preneurs d’otages (Piège de Cristal, 1988). Fêter Noël au bureau de sa femme peut s’avérer être explosif. Préférez la maison familiale, beaucoup moins risquée.

    4 – Ne jamais fouiner pour connaitre ses cadeaux de Noël à l’avance

    Karen (Emma Thompson) fouille dans la poche du manteau de son mari et découvre un fabuleux collier. Elle pense qu’il va le lui offrir. Or, en déballant ses cadeaux le jour de Noël, elle ne reçoit aucun collier. Elle comprend alors que son mari a une maitresse et que le collier lui est destiné. Ambiance. (Love Actually, 2003). Découvrir son cadeau-surprise avant noël peut être source de déception et ruiner la fête. Mieux vaut résister à la tentation et savourer la découverte le jour de Noël. De toute façon, la vérité finit toujours par éclater. Non ?!

    5 – Ne jamais faire ses achats de Noël au dernier moment

    Nous sommes le 24 décembre et vous n’avez pas encore acheté le jouet, le seul, l’unique, que votre enfant vous réclame à corps et à cri ? Le parcours du combattant de Howard Langston (Arnold Schwarzenegger, La course au jouet, 1996) vous fera passer l’envie d’acheter le cadeau de votre chérubin à la dernière minute.

    6 – S’abstenir de passer Noël au boulot

    Lucy Eleanor Moderatz (Sandra Bullock) passe son jour de Noël emmitouflée dans un manteau trop grand, coincée dans une cabine glaciale au guichet du métro, regardant passer les (très) rares usagers (L’amour à tout prix, 1995). Réjouissons-nous de ne pas travailler le jour de Noël, même si c’est pour faire des risettes à tante Roberta. Au chaud et en famille, c’est toujours mieux.

    7 – Resserrez les liens familiaux à Noël

    Meredith Morton (Sarah Jessica Parker) vient de rencontrer sa future belle-famille et le courant ne passe pas du tout. Tous les efforts qu’elle entreprend ne font qu’aggraver les choses. Effort ultime, elle se rend en cuisine pour aider. Un plat vole et lui atterrit dessus. Couverte de sauce de la tête aux pieds, elle fond en larme. La famille est hilare et la glace est brisée (Esprit de famille, 2005). Comme je le disais, passer Noël en famille, c’est toujours mieux, mais cela ne veut pas dire pour autant que c’est facile. Mais ce n’est pas pour ça qu’il ne faut pas essayer, les efforts finissent toujours par payer…

    8 – Toujours dire merci poliment lorsqu’on reçoit un cadeau, quel qu’il soit

    Marcus (Nicolas Hoult) a douze ans et vit seul avec sa mère hippie, végétarienne et suicidaire. Le jour de Noël, il ouvre ses cadeaux et remercie chaleureusement chaque personne, y compris son père qu’il ne voit que rarement et qui lui a offert une paire de chaussettes. (Pour un garçon, 2001). Alors si vous êtes déçus par le cadeau que vous avez reçu, dites-vous que finalement, une belle cravate, un bon pour un bisou ou un parfum, c’est très acceptable.

    9 – Tendre la main à son prochain à Noël

    Le réveillon de Noël n’est pas très joyeux ? Des proches ont le bourdon lors des fêtes de Noël ? Dans ce cas, visualisez Pierre Mortez (Thierry Lhermitte), dans son costume à carreaux, dansant un slow avec Katia (Christian Clavier), un travesti dépressif en robe léopard. Pensez à Thérèse (Anémone) tricotant des gants pour les orphelins de Jakarta. Pensez à M. Preskovitch (Bruno Moynot) offrant du Kloug roulé sous les aisselles à ses voisins. (Le père Noël est une ordure, 1982). Comme eux vous pouvez apporter joie et réconfort à votre prochain. C’est Noël après-tout, alors ne vous en privez pas !

    10 – Ne jamais laisser sa mère jouer les entremetteuses

    Trentenaire, beau garçon, issu d’une très bonne famille et avocat à la carrière exemplaire, Marc Darcy est un excellent parti. Invité par la famille Jones au plus ennuyeux des repas de Noël, et affublé d’un affreux pull vert à tête de cerf offert par sa mère, il doit faire face à une rencontre arrangée. Sa mère a décidé de le caser avec Bridget Jones qu’il considère comme « une vieille fille frappée d’incontinence verbale qui fume comme un pompier, boit comme une éponge et s’habille comme sa mère » (Le journal de Bridget Jones, 2001). Hélas, situation déclinable pour toutes les occasions spéciales : nouvel an, anniversaires, crémaillères… La croix portée par tous les célibataires. Courage, c’est la dernière année car à Noël prochain vous serez en couple. C’est décidé !