Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La bécasse au poivre

    becasse_poivre.jpg

    Mes proches me disent tout le temps d'être prudente à Paris. Et à force de m'entendre dire que je risque ma vie à chaque fois que je sors, j'ai fini par y croire. La solution ? La bombe au poivre. Légale, petite, pratique à emporter, et a priori, efficace.

    Après moult tergiversations, je me suis décidée à en acheter une. Cependant, l'avoir dans sa poche ne garantie pas de l’utiliser correctement au moment décisif. J'ai donc décidé d'étudier l'engin pour être sure d'être prête le moment voulu. J'ai déballé le spray, lu attentivement les notifications et fait un test : je suis allée dans ma salle de bain, j'ai visé le lavabo et j'ai pressé le bouton.

    J'ai lu une fois qu'un utilisateur avait intenté et gagné un procès contre un fabriquant de fers à repasser car ce dernier n'avait pas indiqué sur l'emballage qu'il ne fallait pas repasser ses vêtements sur soi au risque de gravement se brûler. Je m'étais dit alors qu'il fallait une bonne dose de courage ou une sacrée couche de bêtise pour aller au procès et passer pour le dernier des crétins qui ne sait pas que les fers à repasser brûlent.

    C'est dans ma salle de bain sans fenêtre, avec les voies respiratoires en feu et les yeux plein de larmes que cette anecdote m'est revenue. La pulvérisation était assez forte pour envoyer le jet de liquide poivré dans mon lavabo, sans éclaboussure, mais apparemment, le produit est très volatile et se diffuse dans l'air très rapidement. J'ai bondi hors de la salle de bain pour profiter pleinement de ma quinte de toux dans la pièce d’à côté. Devrais-je faire un procès au fabriquant car il n'a pas indiqué sur l'emballage qu'on ne doit pas utiliser ce produit contre un lavabo dans une salle de bains sans fenêtre ?

    becasse_poivre2.jpg

    Le problème, c'est que j'avais un rendez-vous et que je devais finir de me préparer pour partir rapidement. J'ai récupéré en apnée ce que j'ai pu dans la salle de bain, fini de me préparer comme j'ai pu dans la cuisine et suis partie à mon rendez-vous les yeux bouffis, le nez rouge et le paquet de mouchoirs à la main. Mais j’étais rassurée : ma bombe à poivre était facile à manier et elle fonctionnait parfaitement.

    Cependant, pour plus de sureté, je l'ai laissée dans un tiroir pour éviter tout enfumage intempestif. Mieux vaut être prudente, un accident est si vite arrivé...